Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/12/2008

Un programa d'union populara

Cinquena partida del manifèst d'Iniciativa Per Occitània : "Un programa d'union populara"

Nòstra coloracion politica se definís de manièra dinamica: que podèm far? per qui?
Essent que volèm emancipar un país, devèm prepausar un projècte politic per totes los occitans: los d'esquèrra, los de drecha, los del centre, los indecises e los apolitics. Pasmens, es vertat que l'occitanisme politic ten un eiretatge d'esquèrra. E la màger part dels abitants d'Occitània vòtan a esquèrra dempuèi l'Edat Contemporanèa, levat durant qualques periòdes.
Devèm insistir sus un programa progressista e concret, comprensible e realizable a tèrme mejan. Amb aquò la question esquèrra/drecha se resòv: prepausam un programa d'union populara. Son de tèmas prioritaris l'emplec, la seguretat, la justícia sociala, lo desvolopament economic, l'environament, la caça, las regions, Euròpa: los tractam amb las nòstras valors de progrès...
Partèm d'un eiretatge istoric d'esquèrra mas sèm dobèrts a totas las sensibilitats patrioticas occitanas que van de l'esquèrra fins a la drecha moderada. Refusam solament dins nòstre movement las tendéncias antisocialas (ultraliberalas), ultraconservatrises, antidemocraticas (faissistas, stalinistas), racistas, sexistas e integristas.
La liberacion d'Occitània, lo salvament d'un pòble menaçat e de sa cultura, consideram qu'aquò es un objectiu fondamentalament progressista, una urgéncia absoluda que justifica l'union populara. La divergéncia entre antiliberals e liberals es un subjècte important mas mens prioritari, que se deurà reglar après l'independéncia.

26/12/2008

Per una cultura politica nòva

Quatrena partida del manifèst d'Iniciativa Per Occitània : "Per una cultura politica nòva"

Las menaças contra la cultura d'òc cabon especialament dins las ideologias dels estats francés, italian e espanhòl.
Per aquò, nòstre primièr adversari es l'alienacion que ne patís la populacion occitana. Aquesta alienacion, prigondament enrasigada, cresèm que se pòt combatre, mas amb d'espleches adaptats. En particular, volèm menar una granda ofensiva ideologica contra las pensadas unencas dels estats. Aital desiram de permetre a las populacions occitanas d'assumir serenament lor personalitat e lor futur.

a) L'Occitània Granda subís la politica de l'estat francés; aquel es una estructura regda que son ideologia embarra los ciutadans dins un encastre de pensada plan definit. S'acompanha d'un aparelh ipercentralizat a París: monopoliza los grands mèdias, tota l'intelliguèntzia e las ressorsas creativas. Aital formata los ciutadans amb una pensada unenca. Laidonc la manca d'engatjament politic ven de la fòrça de l'estat francés que descoratja tota iniciativa civica e que condiciona los ciutadans cap a l'inèrcia: pauc de mond son politizats e sindicalizats dins l'estat francés, en comparason amb d'autres estats.
La confusion entre la “republica” e la “nacion” es una granda impostura intellectuala de l'estat francés. D'efièch, la “republica” es un mòde de govèrn que se pòt aplicar universalament, dins de païses divèrses e de culturas diferentas. La “nacion”, al contrari, es una comunitat umana e culturala ligada a un territòri. L'impostura es de nos far creire, los occitans, que se volèm aderir a las valors de la “republica”, deuriam aderir tanben als traches culturals de la “nacion” francesa e en particular a la lenga francesa. Denonciam aquel amalgama e afortissèm que las valors de la “republica”, en essent universalas, tot bèl just s'identifican pas a cap de nacion ni de lenga en particular. Los occitans sèm capables de cultivar las valors d'una “republica” amb nòstra cultura occitana pròpria, sens passar per l'apertenéncia obligatòria a França e sens èstre obligats d'abandonar nòstra lenga d'òc. La “republica” pòt prosperar dins la “nacion” occitana.
Prepausam que las regions occitanas de l'estat francés adòpten una politica regionala de mai en mai autocentrada, que revendiquen mai d'autonomia e que se libèren de la mentalitat provinciala. Volèm ajudar nòstres elèits regionals e nòstres elegits a èstre fièrs de lor cultura. Las regions d'Occitània se devon concebre coma lo còr de l'Euròpa latina, son foncionalament lo nòrd-oèst de la Mediterranèa, lo sud-oèst d'Euròpa e lo còr de l'Arc Atlantic. Devon cessar de se concebre coma lo “Miègjorn”, lo “Sud” o lo “Centre” de França, coma la “Província” o coma un terren de jòc exotic de la vida parisenca.
Una reorganizacion del territòri deu refortir l'escalon de la region e suprimir l'escalon del departament qui la concurréncia. Los limits administratius an de se tornar dessenhar en respectant los critèris culturals. Mai que mai, a las cinc regions occitanas principalas – Provença, Auvèrnhe, Lemosin, Aquitània, Miègjorn-Pirenèus, Lengadòc – , prepausam de restacar las parts occitanas de Ròse-Alps, de la region Centre e de Peitau-Charantas.
Per aquelas regions occitanas de l'Exagòn, revendicam lo drech a l'autodeterminacion e la possibilitat de se federar entre elas e amb las autras zonas occitanas d'Euròpa: Valadas Occitanas, Aran e Mónegue.
Es necite de refondar lo sistèma “republican” en sortir del sistèma estatal francés, pesant e centralizat, per tal de liberar l'energia civica dels ciutadans e lor nivèl d'engatjament politic e sindical. Dins una fasa de transicion abans l'independéncia, butam cap a una VIa Republica Francesa que confís e qu'es a ran de velhar. E mai la republica se deu melhorar, que n'a grandament de besonh. Çò qu'es pas lo cas dins lo quadre de l'estat nacional francés, engrepesit qu'es dins lo bonapartisme que foncionar los grands “còsses de l'estat” d'un biais censat oculte e encara mai regde que lo prefèctes. La retombada culturala n'es lo fetichisme, ritualizat e comunitarista, de la lenga francesa.
Denonciam lo concèpte de l'”excepcion francesa”. Es un eufemisme que masca lo chauvinisme francés e que justifica mantas aberracions endarrieridas coma lo centralisme e la negacion de las minoritats. Abotís a faire de l'”Exagòn” un carcan ideologic e geografic qu'estofa las regions occitanas e las isòla de la rèsta d'Euròpa e del Mond.
Desmontam lo discors francés pervèrs que confond “egalitat” e “uniformitat”. Es un pretèxt fallaciós per refusar de dreches collectius a las minoritats. L'estat francés aquí a un retard democratic grèu a respècte des estats vesins. Afortissèm al contrari que las minoritats – coma los occitans – an besonh d'èsser reconegudas e de recebre de dreches collectius per s'aparar de la discriminacion culturala.
L'exclusion cap pas dins la defensa de las minoritats. Al contrari, lo factor d'exclusion es ben lo centralisme francés amb son refús de reconéisser las minoritats e amb sa mèuca dins l'integracion sociala dels immigrats. Coma alternativa, lo patriotisme occitan es a la poncha de la lucha contra totas las exclusions e es capable de crear un modèl novèl de societat, toleranta e integratritz, amb una ideologia mai dobèrta vèrs las diferéncias culturalas.

b) Las Valadas Occitanas, dins l'estat italian, benefícian d'una lei de proteccion per las minoritats qu'implica qualques mesuras en favor de l'occitan. Pasmens aquela lei, e mai positiva, basta pas per que la lenga nòstra retròbe totas sas foncions socialas en fàcia de la dominacion de l'italian.
En mai d'aquò l'estat italian escartèla las Valadas Occitanas entre las regions Piemont e Ligúria. Aquò facilita la desorganizacion de las Valadas e lor desertificacion economica e demografica en profièch de la planura de Pò.
Revendicam un estatut de region autonòma per las Valadas Occitanas (identic al de Sardenha e de Trentin-Aut Adige), amb l'oficialitat e la promocion completas de la lenga occitana, un desvolopament economic autocentrat, lo drech a l'autodeterminacion e la possibilitat de se federar mai aisidament, ansin, amb la rèsta d'Occitània.

c) La Val d'Aran, inclusa dins l'estat espanhòl e la region Catalonha, benefícia d'una autonomia locala e de l'oficialitat de la lenga occitana. Aquelas avançadas positivas se devon perseguir desenant cap a mai d'autogovèrn. Prepausam que la Val d'Aran venga una comunitat autonòma a part entièra (distinta de Catalonha), que l'occitan i siá la lenga oficiala principala e qu'Aran obtenga lo drech a l'autodeterminacion per se poder federar puèi amb la rèsta d'Occitània. Tanben, lo desvolopament toristic d'Aran se deu pas pus concebre coma “la Petita Soïssa Espanhòla” mas coma la promocion autentica de la personalitat aranesa, amb tota sa dimension gascona e occitana.

d) Lo Principat de Mónegue es lo sot estat independent d'Occitània. La vocacion de Mónegue es de pilhar consciéncia del ròtle geopolitic que pòt jogar dins l'emergéncia d'Occitània, en se plaçant a la tèsta dels interèsses del pòble d'òc, en oficializant sas doas lengas istoricas – l'occitan niçard e lo ligur monegasc – e en s'afortissent coma un modèl novèl de desvolopament social, ecologic e economic.
Se Mónegue o vòl, pòt venir la veirina e lo centre de gravitat politica de l'Occitània futura.

25/12/2008

Établir la langue et la culture occitanes

D'en primièr : bon Nadal a totes !

Revirada francesa de la tresena partida del manifèst d'Iniciativa Per Occitània.

Il n'y aura pas d'émancipation de l'Occitanie sans libération linguistique et culturelle. Nous nous fondons sur les acquis de la sociolinguistique pour proposer une planification linguistique en faveur de la langue occitane.
La promotion de la langue doit suivre une voie progressive et pacifique, avec l'accord de la population et en donnant à celle-ci l'envie de redécouvrir l'occitan. Elle ne peut pas être séparée d'une promotion valorisante de l'expression culturelle en occitan, à travers la musique, la littérature et les médias.
L'occitan a vocation à devenir le lien social entre les citoyens, sans exclure l'usage d'autres langues. La redynamisation de l'occitan doit passer par une phase de bilinguisme avec les langues aujourd'hui dominantes (français, italien, espagnol), jusqu'à ce que l'occitan reprenne sa place de première langue de la société. Nous voulons que les langues de l'immigration soient respectées, accessibles et enseignées dans leurs communautés d'origine. D'autre part, nous défendons les variétés linguistiques enclavées ou dispersées qui font partie de la richesse culturelle de l'Occitanie (royasque, monégasque, Petite Gavacherie, romani).
L'occitan ne peut pas survivre dans la société moderne sans normalisation: normalisation de la langue (standardisation) et normalisation de l'usage public de la langue (établissement).
Nous sommes partisans d'une standardisation pragmatique de l'occitan, avec des adaptations aux grandes variétés régionales, en cherchant leur convergence et en mettant en commun leurs ressources expressives: provençal, niçois, vivaro-alpin, auvergnat, limousin, gascon et languedocien. L'addition de ces variétés convergentes forme l'occitan larg.
Ainsi normalisé, l'occitan aura une forme adéquate et stable pour s'adapter à toutes les fonctions de la société moderne. Cela est nécessaire pour enseigner et communiquer efficacement en occitan dans une société de 14 millions de citoyens. Dans les médias en particulier, l'occitan larg doit détenir un rôle essentiel pour faciliter la communication.
En adéquation avec cet objectif, notre mouvement traite l'occitan avec autant de déférence que lorsqu'on traite le français, l'italien et l'espagnol. Nous appliquons la norme classique de l'occitan, définie par le Conselh de la Lenga occitana, et nous refusons les pratiques antinormistes et déstabilisantes (tout en encourageant la norme classique, nous soutenons les initiatives de "paix graphique" avec des systèmes bien différenciés qui supportent aussi l'expression en occitan, mais sans faire de concession aux groupes fanatiques).
L'occitan doit s'entendre et se voir dans nos discours et nos publications. Bien sûr, il est nécessaire de communiquer souvent en français, italien ou espagnol pour se faire comprendre de la population. Mais la visibilité de l'occitan reste un impératif qui permet aux gens de nous identifier clairement.
Cela dit, la langue reste la propriété de toute la population, pas seulement des occitanistes.
En plus de l'enseignement de l'occitan, nous revendiquons une décentralisation des programmes scolaires et des grands médias, avec une appropriation de ces domaines par les régions occitanes, un enseignement de notre histoire et une promotion médiatique de la création en langue occitane.

24/12/2008

L'émergence de l'Occitanie en Europe: un enjeu géopolitique

Revirada francesa de la segonda partida del manifèst de 2005.

L'un des grands mouvements historiques, aujourd'hui, est celui de la construction européenne, la mondialisation et l'affaiblissement des États. Pour nous, la question stratégique est: comment émanciper l'Occitanie dans ce contexte?
L'émergence des régions et de l'Europe est une chance. L'Occitanie doit y trouver sa place comme une confédération de régions, délivrées du centralisme français (héritier du bonapartisme), délivrées des frontières étatiques, ouvertes aux espaces voisins.
Première conséquence: l'anti-européisme n'a pas de sens. La question n'est pas d'être pour ou contre l'Europe. L'enjeu est de démocratiser la construction européenne, de lui donner un contenu social et culturel et d'y garantir la place des peuples minorisés.
Seconde conséquence: l'anti-indépendantisme n'a pas de sens non plus. Quel intérêt de vouloir rester dans les frontières des États français, italien et espagnol alors que les espaces s'ouvrent et se recomposent? Et alors qu'aujourd'hui, 80% des lois sont européennes? Quel intérêt de garder des "relations forcées" avec Paris, Rome ou Madrid alors qu'une capitale européenne comme Barcelone est bien plus proche et a plus d'affinités avec l'espace occitan? Pourquoi sacraliser les frontières des États qui divisent l'Occitanie? Une Occitanie fédérale, libre et adhérente directe de l'Europe est une perspective de plus en plus avantageuse et imaginable pour notre pays.
Il faut associer le nom de l'Occitanie aux noms de chacune de ses régions historiques. Nous devons promouvoir la richesse de toute l'Occitanie, de Nice à Bordeaux et de Montluçon à Foix. Il ne s'agit pas d'un repli localiste, il s'agit d'assembler les fondations d'un patriotisme occitan.
Tout cela se conçoit en termes d'échelons complémentaires de la démocratie, du local vers le global: commune, "petit pays", région, Occitanie, Europe, monde.

Pour une Occitanie libre et européenne

Ara, vaicí la revirada francesa de la primièra partida de nòstre manifèst de 2005 :

L'Occitanie est notre pays, c'est la terre où nous vivons, c'est une communauté culturelle qui s'est construite dans l'histoire autour d'une langue commune: l'occitan ou langue d'oc.
L'Occitanie est le cadre d'action où convergent les intérêts de nos régions historiques: Alpes du Sud, Auvergne, Béarn, Bourbonnais, Gascogne, Guyenne, Dauphiné, Languedoc, Monaco, Pays niçois, Provence, Val d'Aran, Vivarais et Velay.

L'Occitanie est un espace de relations sociales et économiques qui a connu diverses tentatives d'unité politique dans son histoire: le Royaume wisigoth; les Trois Pouvoirs toulousain, aquitain et catalan-provençal aux XIème-XIIIème siècles; l'Union huguenote de 1573 à 1598; la République fédéraliste de 1793; les Communes et la Ligue du Midi en 1970-71...
L'Occitanie est également un espace qui s'est fait avec des mouvements sociaux et civiques nombreux, mêlés à notre culture latine profonde, qui nous rendent fiers de nos libertés civiques et de notre goût pour la justice et le vivre-ensemble.

Nous sommes arrivés au XXIème siècle à un stade critique pour la survie de l'Occitanie comme communauté humaine, à cause des États français, espagnol et italien qui nous mènent à la quasi-assimilation culturelle, en nous imposant un conflit de langues et de cultures.
L'État français, sous forme d'évidence idéologique, se rend coupable d'une politique de destruction culturelle, d'un impérialisme ethnique, qui nous empêche d'accéder librement à notre langue, à notre histoire, à la connaissance et donc à l'estime de nous-mêmes.
Les États espagnol et italien octroient une protection linguistique à notre langue occitane mais dans des proportions insuffisantes.
Cette injustice est liée à une dénégation de nos réalités sociales et historiques et à l'incapacité -surtout française- de penser un fonctionnement de type fédératif (en Occitanie, dans l'Hexagone, ainsi qu'en Europe et autrefois dans les colonies).

Face à cette situation, le laboratoire politique, culturel et social Iniciativa Per Occitània a pour but d'avancer, par sa réflexion et son action, vers l'émancipation de l'Occitanie. Nous défendons le droit inaliénable de notre peuple à disposer de lui-même et de se constituer en nation indépendante.
L'indépendance de l'Occitanie devient une nécessité pratique: c'est la seule voie qui garantit notre survie culturelle et notre égalité avec les autres peuples et cultures. C'est une solution civique que nous proposons démocratiquement à tous les citoyens de l'Occitanie.
Nous cherchons à organiser la libération de l'Occitanie de manière pragmatique, par étapes:
1° Conscientiser la population de l'Occitanie pour qu'elle retrouve l'estime d'elle-même et qu'elle accède à sa culture, librement et sans obstacle.
2° Obtenir une autonomie croissante pour nos régions occitanes et resserrer leurs liens grâce aux coopérations interrégionales et transfrontalières.
3° À partir de nos régions fédérées et autonomisées, fonder un État libre d'Occitanie, démocratique et décentralisé, qui sera un adhérent direct de l'Union européenne.
4° Revenir à des espaces naturels de notre économie et de notre culture, comme l'Espace occitano-catalan, l'Arc latin de la Méditerranée et l'Arc atlantique.

Nous voulons accompagner cette libération d'un projet complet de société, dans les domaines politique, culturel, social et économique.
Ce mouvement, nous le voulons aussi enraciné dans un courant de pensée proche de nos convictions: progressiste, contre toutes sortes de discriminations, pour un développement respectueux de la Terre et de ses habitants.

21/12/2008

Establir la lenga e la cultura occitanas

Tresena partida del manifèst d'Iniciativa Per Occitània: “Establir la lenga e la cultura occitanas”

I aurà pas cap d'emancipacion d'Occitània sens liberacion lingüistica e culturala. Nos basam subre los aqueriments scientifics de la sociolingüistica per prepausar una planificacion lingüistica en favor de la lenga occitana.
La promocion de la lenga deu sègre una via progressiva e pacifica, amb l'acòrdi de la populacion en donant a aquela l'enveja de redescobrir l'occitan. Se pòt pas separar d'una promocion valorizanta de l'expression culturala en occitan, a travèrs de la musica, de la literatura e dels mèdias.
L'occitan a vocacion de venir lo ligam social entre los ciutadans, sens exclure l'usança d'autras lengas. La redinamizacion de l'occitan a de passar per una fasa de bilingüisme amb las lengas uèi dominantas (francés, italian, espanhòl), entrò que l'occitan reprenga sa plaça de primièra lenga de la societat. Reconoissèm l'anglés coma lenga de las relacions internacionalas. Volèm que las lengas de l'immigracion sián respectadas, accessiblas e ensenhadas dins lors comunitats d'origina. D'autre latz, defendèm las varietats lingüisticas enclavadas o dispersadas que fan partida de la riquesa cultura d'Occitània (roiasc, monegasc, Petita Gavachariá, romaní).
L'occitan pòt pas subreviure dins la societat modèrna sens normalizacion: normalizacion de la lenga (estandardizacion) e normalizacion de l'usatge public de la lenga (establiment).
Sèm partisans d'una estandardizacion pragmatica de l'occitan, amb d'adaptacions a las grandas varietats regionalas, en cercant lor convergéncia e en metent en comun lors ressorsas expressivas: provençal, niçard, vivaroalpenc, auvernhat, lemosin, gascon e lengadocian. L'addicion d'aquelas varietats convergentas forma l'occitan larg.
Normalizat aital, l'occitan tendrà una forma adeqüata e establa per s'adaptar a totas las foncions de la societat modèrna. Aquò es necessari per ensenhar e comunicar eficaçament en occitan dins una societat de 14 milions de ciutadans. Dins los mèdias en particula, l'occitan larg deu téner un ròtle essencial per facilitar la comunicacion.
En adeqüacion amb aquel objectiu, nòstre movement tracta l'occitan amb tant de deferéncia coma se tractariá lo francés, l'italian e l'espanhòl. Aplicam la nòrma classica de l'occitan, definida pel Conselh de la Lenga Occitana, e refusam las practicas antinormistas e destabilizantas (en tot encoratjar la nòrma classica, sostenèm las iniciativas de “patz grafica” amb de sistèmas plan diferenciats que supòrtan tanben l'expression en occitan, mas sens concession als grops fanatics).
L'occitan se deu ausir e veire dins nòstres discorses e publicacions. De segur, es necite de comunicar sovent en francés, italian o espanhòl per se far comprene de la populacion. Mas la visibilitat de l'occitan rèsta un imperatiu que permet al mond de nos identificar clarament.
Aquò dich, la lenga rèsta la proprietat de tota la populacion, pas sonque dels occitanistas.
En mai de l'ensenhament de l'occitan, revendicam una descentralizacion dels programas escolars e dels grands mèdias, amb una apropriacion d'aqueles domenis per las regions occitanas, un ensenhament de l'istòria nòstra e una promocion mediatica de la creacion en lenga occitana.